Pimp my cab

21022012

Pour les fans de retro gaming, allez jeter un oeil sur le site de Pimp my cab. Ils réalisent des bornes d’arcade « à l’ancienne » de qualité.

Pimp my cab dans Actualités 429221_10150561423421623_104249301622_9360970_947881548_n

J. Tellouck en action sur l'une des bornes d'arcade

 

 

 

 

 

http://www.pimpmycab.com/

 




On nous la met profond!

21022012

« Le marché de l’occasion, c’est le mal
Ce n’est pas la première fois que vous entendez cette phrase, et qu’on vous le dise tout de suite, ce n’est pas la dernière fois non plus. En effet, nombreux sont les éditeurs et développeurs à souhaiter annihiler le marché de l’occasion. Bien sûr, cette vision des choses est plutôt mal prise par les joueurs qui considèrent qu’un jeu acheté devient leur bien, et peut donc être revendu. Tel l’avocat du diable, Jameson Durall, développeur chez Volition (Saints Row),essaie d’expliquer pourquoi la disparition du marché de l’occasion serait une bonne chose.«La plupart des développeurs et éditeurs s’accordent à dire que le marché de l’occasion a un très fort impact (négatif) sur nos revenus. Je pense que les joueurs ne réalisent pas qu’à chaque fois qu’ils achètent un jeu d’occasion, ZERO dollar reviennent aux créateurs. Ces nouveaux profits reviennent directement au revendeur et il devient forcément plus difficile pour nous de faire des jeux de grande qualité si nous ne pouvons pas les financer.»[...] »
Extrait de l’article « Le marché de l’occasion, c’est le mal » publié par et sur le site jeuxvideo.com

Cet article servira de point de départ à une petite réflexion autour de l’argent que génère les jeux vidéo et au gros ras le bol d’être pris pour des vaches à lait.
Après une volonté de la part de notre gouvernement de taxer les jeux vidéo (plus particulièrement les consoles), voici venir les éditeurs pour pleurer et cracher sur le marché de l’occasion. Non contents de se gaver comme des oies avec des prix de jeux exorbitants pour bien souvent seulement une dizaine d’heures de jeu, ils s’en mettent encore plein les fouilles avec les DLC (une histoire annexe, une tenue pour un personnage, du rouge à lèvre pour mon petit poney… ). Le problème ne vient pas du marché de l’occasion, il vient des éditeurs qui en veulent toujours plus. Pourquoi? Pour le bien des gamers? Pour produire des produits de meilleure qualité? Il se pourrait bien que grâce à l’argent que rapporterait la mort du marché de l’occasion, ces sousous soient absorbés par la comm’ et la pub autour du jeu…
Un autre exemple : La mode actuelle est au développement durable, nous le savons tous, et les éditeurs se préoccupent sérieusement de ce problème. Pour cela ils ont décidé de ne plus (ou presque plus) imprimer les petits livrets à l’intérieur des boîtes. Vous savez, ces petits bouquins qui nous introduisent l’histoire, nous expliquent comment jouer, etc, et que l’on a tant plaisir à lire lorsque nous sommes sur le trône. C’est le cas dans de plus en plus de jeux (je ne citerai aucun nom) avec souvent une petite phrase du style  : « Pour contribuer au développement durable, nous avons intégré le manuel au jeu ». C’est très bien… Mais avec les milliers d’euros économisés en évitant l’impression et tout le toutim, comment se fait-il que le prix du jeu soit toujours de 70€????
A l’époque de la N64, Nintendo justifiait ses prix (plus élevés que les jeux de playstation ou dreamcast) par le matériau utilisé. En effet, la production d’un jeu sur cartouche coutait plus chère que sur CD. Mais de nos jours les prix restent exorbitants. On pourra parler de cout de production et de développement plus importants, etc. Le fait est qu’au final on nous vend des jeux jolis, pleins d’effets spéciaux, une belle poudre aux yeux. Mais les contenus sont pauvres. Nous sommes dans l’ère du consommable et du futile.
[Presque] Aucun jeu ne tient plus d’un an, soit parce qu’il est dénué d’intérêt, soit parce que son éditeur, qui perd tellement de thunes à cause de l’occasion et du piratage (remarque ironique^^), a décidé de faire une suite par an avec seulement le peu de sous que lui rapportent les quelques ventes de jeux neufs… Pauvres Electronic Arts, pauvre DICE, pauvres Ubisoft, Pauvres Treyarch…
La solution pour contrer le marché de l’occasion : intégrer un code unique aux jeux pour qu’ils ne puissent pas être lus sur d’autres machines. Vous trouvez cela normal ? Moi non. Et cela a déjà commencé. Essayez de jouer à Battlefield 3 sur la votre console avec le jeu d’un collègue, vous allez être content.

Bienvenue dans le futur, dans la société 2.0, là où tout est partagé, tout est social et sociabilisé, le jeu (massivement) multijoueurs est bien là mais il est désormais impossible de jouer autre part que chez soi, impossible de jouer à deux sur la même console… Trouvez-vous normal qu’un jeu multijoueur ne puisse pas être joué en local, tranquille, chez soi, avec ses potes ou sa famille? Trouvez-vous logique de sauvegarder vos parties dans un nuage? Le jour où nos consoles seront désuètes, quand elles auront été remplacées par des PS4, PS5 ou des WiiAreU, où sera-t-il ce nuage? Envolé… Et quand le XboxLive ou le SEN (anciennement PSN) fermera ou se modifiera, où seront vos sauvegardes? Comment ferez-vous si la connexion est obligatoire pour jouer mais que celle-ci n’existe plus ?

Nous ne ferons rien car nous sommes dans l’ère de l’éphémère, il est logique d’acheter nos jeux dématérialisés, de se laisser bouffer par le système.

Mais où est passé le plaisir de collectionner ses jeux, de les garder précieusement pour les sortir occasionnellement, d’admirer leurs boîtes intactes ;)
Suis-je vieux jeu ou y a-t-il un réel décalage?
On nous la met profond! dans Coups de gueule 3068494635_1_3_m00VuaWh

Illustration tirée du site gameandgraph.com




Game Fails 2011

21022012

On connaît tous les fails à la télé mais il en existe aussi dans le jeu vidéo, moins connus. Cette vidéo est une compilation des meilleures boulettes et autres actions saugrenues inGame avec une dominante pour Halo et Skyrim.
Et même si les commentaires sont en anglais, les commentateurs arrivent à eux seuls à nous faire plier de rire de par leur réactions. Magique.

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Retrouver tous les game fails sur leur chaîne youtube : http://youtube.com/gamefails




Assassin’s Creed Revelations

21022012

J’ai acheté le jeu. Ma copine m’a dit « tu vas encore passer des heures à jouer et à pas m’appeler ». J’ai passé des heures à jouer et à pas l’appeler. Mais je suis vite redescendu de mon point d’observation…
Avec un scénario pour les épisodes précédents à faire passer celui de n’importe quel jeu pour une comptine, on aurait pu appeler celui-ci « Deceptions » (qui a dit Mortal Kombat?). La Révélation principale : Ubisoft s’est reposé sur ses lauriers. J’ai rarement été aussi déçu par une franchise dont je suis fan.
Comment expliquer que 4 gardes m’empêchent de finir une séquence parce qu’ils sont bloqués contre un mur (ou dans un mur, j’ai eu les deux)? Autre souci, au bout de seulement 2h de jeu, je me la joue assassin, je me pend à une corniche au dessus d’un escalier pour assassiner un garde discrètement. Mais en chutant, celui-ci disparaît à l’intérieur de l’escalier en béton et en ressort, projeté violemment une dizaine de mètres plus loin. Un autre garde arrive, même topo sauf qu’il se passe quelque chose d’intéressant : Ejecté 10 mètres plus loin celui-ci se distord et est étiré entre l’escalier et son point de chute. Et je passe sur la maniabilité pataude d’Ezio. Les contrôles quelque peu approximatifs des précédents opus étaient gommés par l’introduction de nouveaux éléments de gameplay intéressants (chevaucher sa monture en ville, en sauter pour s’accrocher au rebords, les parachutes, la rencontre avec L. da Vinci et ses inventions, etc). Ici on nous offre les bombes et le crochet. Les premières donnent un atout stratégique indéniable. Concernant le crochet, rien de transcendant, au contraire. L’utiliser donne à Ezio une allure robotique (mouvements saccadés, mécaniques) beaucoup moins naturelle qu’avant (due au déclenchement de l’action par le joueur).
Et enfin mon préféré, Monsieur clipping! Celui qui me fait apparaître des personnages devant moi en pleine course poursuite et me fait chuter… Jamais je n’aurais penser le rencontrer dans un jeu comme AC. Et je ne pense pas avoir un défaut sur ma galette… Les doublages quant à eux, sont toujours aussi nickels, mais toujours aussi désynchronisés!
ON EST SUR CONSOLE NOUVELLE GENERATION LES GARS!! ALLOOOO!! Tout ça n’est pas normal!! C’est bien beau d’ouvrir l’intro du jeu avec un listing des studios Ubisoft dans le monde (Singapour, Montréal, etc.) mais avant de se faire de la pub il faut mettre les mains dans le cambouis. Et le coup de la 3D au Paris Games Week ne fait pas tout!
Sachez tout de même que je ne parle pas du multi qui est très bien (merci Annecy) mais qui n’a pas pour rôle de rattraper le mode solo (on n’est pas dans un COD non plus).
Je ne refais pas le test mais je tenais à soulever le problème du « j’ai envoyé du lourd par le passé donc quoi que je sorte comme jeu tout le monde dira que c’est bien ».
Et ce n’est pas un anti-AC qui vous dit ça… Je regarde actuellement tristement ma figurine collector d’ »AC II »… Je repense aux heures passées à « kiffer » sur « AC : Brotherhood » et aux frissons qu’ont pu me procurer les premiers sauts de la foi d’Altaïr. Et je me dis qu’au lieu de coller des post-its tout l’été ils auraient pu peaufiner le tout.
Payer 70€ pour une finition et un scénario aussi mauvais ainsi qu’un Ezio qui (même si on prend en considération le fait qu’il a vieilli) ne ressemble plus à ceux des précédents volets, c’est juste révoltant. Les personnages ont peu de personnalité… Quant à Yusuf, l’assassin de Constantinople qui accueille Ezio, il est vide. Où sont le charme et la diversité que nous pouvions retrouver à Florence, Venise ou Rome?
Gros travail pour AC 3 : Faire renaître l’étincelle que vous venez d’éteindre chez un grand fan.
Bref. J’ai joué à Assassin’s Creed Revelations… Mais c’était la dernière fois…




Paris Games Week 2011

21022012

Une édition 2011 haute en couleurs avec l’arrivée de tous les blockbusters du monde vidéoludique et la présence de leurs éditeurs. De The legend of Zelda : Skyward sword à Assassin’s creed Revelations en passant par les monstres Battlefield 3 et CoD : Modern warfare 3, tous les ingrédients étaient réunis pour nous offrir du rêve. Des décors aux démos, des bornes d’arcade aux tournois…
Paris Games Week 2011 dans Actualités 3040163833_2_3_aEgIUwSu
Une démonstration de Halo anniversary plutôt convaincante à ravivé quelques bons souvenirs et nous permettra de nous faire patienter jusqu’au 15 novembre (le jeu sera disponible aux alentours de 40€) et jouer au nouveau DBZ Ultimate Tenkaichi (qui sort dans deux jours! Vous pouvez appeler Micromania pour en négocier un, il l’ont déjà en stock ^^) ou au prochain SSX (février 2012) fut un pur bonheur.

Bien évidemment Game One était présente pour couvrir l’évènement et il n’était pas surprenant de croiser Julien Tellouck au détour d’une allée, posant volontiers pour quelques photos.
Le grand ami Marcus était lui aussi de la partie mais avec un stand officiel, reproduisant sa chambre de l’époque. Après une petite file d’attente nous pouvions nous retrouver avec lui sur le canapé, à côté d’R2D2, pour discuter, rire et prendre quelques photos pendant qu’il prenait le temps de dédicacer des t-shirts, des jeux ou même des cartes d’étudiant.

Les liens du PGW 2011 et de la page Facebook de Marcus

 

 







hisougueur |
kabylia2007 |
journalducentre |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | launay27
| sondagessociauxetsolidaires
| tpesurfacebook